Grève le 5 décembre dans les écoles .

Pour la réussite des élèves, la vraie priorité, c’est la transformation de l’école. Rythmes scolaires, budget, conditions de travail des enseignants, le ministre doit répondre !

Article mis en ligne le 21 novembre 2013
dernière modification le 19 décembre 2013

par FSU 24
logo imprimer

Aujourd’hui, les écoles primaires sont en proie à un climat d’exaspération. Le mécontentement voire la colère s’expriment sur la question des rythmes scolaires devant le refus du ministre d’ouvrir des négociations pour remettre à plat cette réforme. Celle-ci est le révélateur d’une dégradation des conditions d’exercice du métier, dans une école abimée par des années de suppressions massives de postes. On ne peut pas continuer dans ce climat de trouble dans les écoles. Les enseignants ont besoin de sérénité pour bien travailler à la réussite des élèves, en confiance avec les familles. La priorité au primaire ne peut pas se résumer à une réforme des rythmes mal pensée et contestée. Pendant ce temps-là, la nécessaire transformation de l’école reste à quai et ce d’autant que l’investissement budgétaire ne se traduit pas encore par une vraie « priorité au primaire » : les mesures pour la direction et le fonctionnement de l’école sont très décevantes, la formation continue reste en panne, le « plus de maîtres que de classes » avance à trop petits pas ... Avec 30 000 élèves supplémentaires attendus à la rentrée prochaine, les effectifs dans les classes vont rester chargés. Où est la priorité au primaire quand le ministre envisage une mesure d’allègement du temps de service pour les enseignants de collège en éducation prioritaire mais pas pour ceux des écoles qui, pourtant, vivent les mêmes réalités professionnelles (travail en équipe, relation aux familles, collaborations éducatives) ?

Maintenant, ça suffit ! La priorité au primaire marche à l’envers. L’enjeu pour notre école, c’est bien la réussite de tous les élèves. Et les vraies priorités sont les conditions d’apprentissage des élèves et les conditions de travail des enseignants. Le ministre doit y répondre sans attendre. Le SNUipp-FSU décide d’appeler les enseignants des écoles à faire massivement grève le 5 décembre pour :

1. Une autre réforme des rythmes, remise à plat partout où les écoles le demandent.
Pas de généralisation en 2014 : suspension et ouverture immédiate de discussions pour écrire un nouveau décret des temps scolaires.


2. Un budget ambitieux pour la transformation de l’école :

une baisse des effectifs par classe
un renforcement des RASED par des créations de postes et des départs en formation
une montée en charge du plus de maîtres que de classes
un renouveau de la formation continue des enseignants
un alignement de l’ISAE sur l’indemnité du second degré
des mesures concrètes pour l’éducation prioritaire avec une réduction du temps d’enseignement pour les PE comme décidé pour les professeurs du collège


3. Une amélioration des conditions de travail :

du temps pour travailler en équipe : 3 h hebdomadaires libérées, une amélioration des décharges de direction pour le fonctionnement de l’école
le respect de la professionnalité des enseignants : fin du caporalisme et des injonctions.

Actus

Les stages pour l’année scolaire 2016/1017

Liste des stages proposés par le centre de formation de la FSU pour l’année (...)

Collège assouplissement, oui mais...

Le SNES-FSU demandait depuis des mois l’ouverture de discussions conduisant (...)



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.11